10/04/2007

La belle époque ! ??

 

Rosa , une enfance ....
Avril 1898

Pour cette naissance là, Léontine n'a rien préparé. Deux fois déjà, elle a perdu l'enfant qui venait de naître ; le mauvais oeil sûrement !

Pour conjurer le sort, Joseph avait rassemblé berceau et vêtements et les avait porté chez la mère de Léontine. Et parce que deux précautions valent mieux qu'une, quelques mois plus tard, il avait cherché – et trouvé - un logement dans un autre village.

Quand Léontine s'est à nouveau sentie porteuse de vie, elle a tenu le secret le plus longtemps possible, et chaque semaine, elle a allumé un cierge à l'église.

Et un samedi soir, Rosa est arrivée !

Vigoureuse, elle a crié haut et fort son envie de vivre. Léontine et Joseph n'osaient pas trop y croire . Pour ne pas tenter le sort, ils ont décidé de n'aller chercher le nécessaire chez la mère de Léontine que le lundi matin, en allant déclarer l'enfant.

La sage-femme, qui en a vu d'autres,  a aménagé un lit de fortune dans le pétrin de la maison. Et comme la  petite s'endort paisiblement, elle dit en riant aux parents

«  Votre Rosa, elle sera bonne comme du pain blanc ! »


Les années passent. Plus de doute pour Léontine; Rosa a déjoué le mauvais sort.

Les enfants se suivent, tous en bonne santé. Joseph travaille à la mine : 7 km pour y arriver, 12 heures de travail, et le retour. À pied, bien entendu ! À la bonne saison, Léontine est journalière, à la ferme du château. Rosa s'occupe des petits... et attend l'hiver avec impatience . Le froid qui garde sa mère à la maison l'envoie, elle, à l'école. Déjà, elle sait lire et écrire.

Mars 1910.

Rosa va sur ses 12 ans. À la fin de cet hiver là, Joseph a été blessé; tout devient difficile à la maison. Le mois dernier, le loyer n'a pas été payé. Manger devient la seule préoccupation. Et un sixième enfant s'annonçe...

Un dimanche après-midi, la religieuse de l'école se présente à la maison. Elle est envoyée par Madame la Comtesse. Elle dépose sur la table un pain blanc et un pan de lard salé qui hypnotise Rosa : jamais elle n' a vu un si gros morceau !

En posant la main sur l 'épaule de Rosa, la religieuse sort un papier qu'elle remet à Joseph : la quittance du loyer .

La religieuse parle de la situation, de Rosa, du château... Joseph hoche la tête.

Sans trop comprendre, Rosa regarde sa mère pleurer en silence. Joseph la raisonne doucement « Allons, Léontine, c'est une chance pour elle et pour nous. Et puis, Maria à eu 8 ans, elle saura t'aider ».

Un long silence.

Enfin, la religieuse s'adresse à Rosa « Prend ton châle, Rosa . Je vais t'accompagner au château ». Léontine continue à pleure sans rien dire, Joseph dira seulement «  Va, Rosa » .

Tout le long du chemin, la religieuse explique : elle va vivre au château. Elle s'occupera de cette pauvre Melle Gisèle, qui a l'esprit d'un enfant de 4 ans. Rosa pourra suivre les leçons avec l'autre demoiselle. Madame la Comtesse paiera le loyer et chaque semaine, Léontine recevra un panier bien garni pour la famille... Joseph peut prendre le temps de guérir. Rosa ravale ses larmes.

Les mots se bousculent dans sa tête : c'est qu'on ne lui a jamais parlé si longtemps. Elle continue à marcher sans répondre, la peur lui ronge le ventre.

Déjà, elles sont dans l'allée. Madame et les deux demoiselles viennent à leur rencontre en souriant...

Rosa pense qu'elle aurait pu aller trier le charbon comme Louisette, elle pense au loyer payé, au panier garni qui arrivera chaque semaine  chez ses parents et elle sourit à son tour.

Rosa est bonne comme le pain blanc...



10:14 Écrit par May | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

quel texte!! c'est magnifique! C'était hélas le sort des enfants de cette époque, doués ou pas: Rosa a, dans ce cas, de la chance.
Merci de tes félicitations pour la UNE, c'est vrai que çà fait plaisir.
Bisous et à bientôt!

Écrit par : mimi | 10/04/2007

coucou mais ce ne sont que de jolies histoires, tout cela, bravo
merci de ta visite
a bientot

Écrit par : Jilou | 11/04/2007

je ne vous connais... mais j'ai apprécié, de passer aussi chez une AME AMIE OCEANE est ma préférée. De me ressembler, de me comprendre de compatir aux problèmes qui nous entourent, elle ne fait pas de détours A vous qui savait écouter je ne peux que remercier myriam lelahel

Écrit par : myriam-lelahel | 11/04/2007

Un conte... ... non de fée mais de réalité. Très beau.
Les mots font glisser les images d'une douceur incroyable.

Écrit par : Yvonne Kastou | 11/04/2007

Au fil des ans ... Passe le temps
S'écrivent les histoires
Faites de déboires
Ou de victoires
Avec ou sans gloire
Comme des romans
Empreints de tant d'instants ...
- Très joli ce fil de vie si bien narré
- Félicitations.
Jean-Pierre

Écrit par : L'esthète | 11/04/2007

Vous lire est un plaisir.
Pour raconter si bien, vous devez être bonne comme le pain aussi

Écrit par : Marianne | 11/04/2007

Merci pour la très belle histoire, qui m'a plut beaucoup!

Écrit par : Ninne | 11/04/2007

Merci Je te remercie infiniment pour le message que tu as laissé chez moi.
A bientôt

Écrit par : le Râleur.na | 11/04/2007

que voila.. un joli texte, une fois encore... j'aime vraiment beaucoup...

A très bientôt pour de nouvelles lectures et... bonjour à Rosa :-)

Écrit par : sirius | 12/04/2007

un de ces blogs qui fait aimer les mots

Écrit par : traoumad | 12/04/2007

Merci pour..... ton passage sur mon blog qui me permet de découvrir le tien . Bien sur je t'envoie la cabane à sucre en échange de ton printemps , un bon troc je pense comme jadis.
Au plaisir

Écrit par : sunflowers | 16/04/2007

Les commentaires sont fermés.